Le véritable impact de notre culture sur le poids

Blogue

Por: Ansley Dalbo

La plupart des gens pensent que le surpoids ou l’obésité est la FAUTE d’une personne, le résultat de mauvais choix et d’un manque de volonté. La vérité est que notre société et notre environnement affectent notre poids et influencent nos choix d’une manière dont nous n’avons même pas conscience. Pensez-y de la façon suivante…

Il est incontestable que les changements apportés à l’environnement alimentaire au cours des quatre dernières décennies sont en grande partie responsables de l’épidémie d’obésité actuelle. Plus précisément, cinq choses ont changé :

1) Les aliments sont désormais fabriqués pour optimiser la réponse du cerveau liée au plaisir.

2) La nourriture est disponible partout.

3) Les portions sont désormais beaucoup plus grosses.

4) La disparition de la coutume des trois repas.

5) De nombreuses denrées alimentaires font l’objet d’allégations de santé trompeuses.

L’évolution de notre paysage alimentaire signifie que nous avons tous pris du poids alors que l’industrie de l’alimentation est devenue un marché mondial de 200 milliards de dollars. Dans un monde où d’énormes portions d’aliments ultra-transformés sont disponibles partout et sont devenues notre style d’alimentation par défaut, nous sommes également inondés d’images de corps en bikini et de promesses de désintoxication de sept jours qui peuvent nous aider à perdre dix kilos rapidement!

En bref, à mesure que nous avons pris du poids, en tant que société, nous nous sommes également tournés de plus en plus vers les régimes alimentaires comme solution aux effets néfastes.

Suivre un régime restrictif a deux conséquences :

1) Les régimes restrictifs entraînent d’abord une perte de poids rapide qui réduit le métabolisme, active les hormones de la faim et diminue les hormones qui nous font nous sentir pleins. Ce n’est pas votre imagination qui vous fait penser plus souvent à la nourriture quand vous faites un régime… c’est la façon dont votre corps essaie de vous faire manger pour tenter de se défendre!

2) Le régime alimentaire crée une relation dysfonctionnelle avec la nourriture. Non seulement l’idée qu’il y a de « bons » et de « mauvais » aliments (et que nous sommes « bons » ou « mauvais » quand nous les mangeons), mais aussi la réalité que plus un aliment est interdit, plus il semble désirable. Comme les aliments que nous nous interdisons sont des aliments ultra-transformés (c’est-à-dire qu’ils sont très addictifs), il est TRÈS difficile d’y résister. En bref, pour diverses raisons, les régimes nous préparent à l’inévitable réaction à un régime qui est une frénésie alimentaire.

Le fait de passer d’un régime alimentaire restrictif à l’abandon d’un tel régime signifie souvent que nous commençons à nous tourner vers la nourriture pour nous consoler ou nous réconforter lorsque nous traversons une période difficile. En effet, c’est un véritable plaisir de se donner quelque chose dont nous nous privons habituellement. Cela devient alors une autre chose dont nous avons honte et pour lequel nous nous battons, alors qu’en réalité, ce type de comportement alimentaire n’est que l’étape suivante de la réaction en chaîne logique au régime pour beaucoup, beaucoup de gens.

C’est alors que commence un cycle de régime

yo-yo, qui entraîne à son tour des changements hormonaux, un dysfonctionnement accru de la relation avec la nourriture et, pire encore, une plus grande honte quant à notre poids et à notre relation avec la nourriture. Les préjugés de la société à l’égard des personnes obèses dans notre culture ne font qu’exacerber ce sentiment de honte et d’auto-culpabilisation.

On peut l’envisager de la façon suivante…

L’environnement alimentaire a changé, ce qui a entraîné une prise de poids pour la société dans son ensemble.

Pour de nombreuses personnes, la prise de poids au fil du temps conduit à des régimes qui entraînent ensuite des changements hormonaux qui nous font reprendre le poids, ce qui provoque une relation dysfonctionnelle avec la nourriture, qui entraîne des excès de nourriture, qui conduit à des régimes plus restrictifs et le cycle se poursuit.

En bref, même les comportements que nous nous reprocherions comme manger sous le coup de l’émotion ou nous tourner vers des aliments hautement transformés pour nous réconforter et nous nourrir sont ancrés dans des réalités et des attitudes sociétales et structurelles dysfonctionnelles à l’égard du poids.

C’est pourquoi il est temps de penser différemment à l’alimentation, au poids et à la santé, de renoncer à l’idée que les régimes restrictifs sont la solution et de reconnaître que les changements que nous apportons à nos habitudes alimentaires doivent être petits, réalisables et que nous pouvons nous y tenir pour toujours.

Et surtout, il est temps de faire preuve de bienveillance envers nous-mêmes. Nous sommes arrivés ici (individuellement et collectivement) pour tout un tas de raisons, mais la plupart d’entre elles sont liées à une industrie alimentaire et des boissons rapace qui a réalisé à quel point les aliments ultra-transformés sont addictifs, à quel point nous sommes facilement manipulés pour en consommer de plus en plus, et par-dessus tout, une industrie qui est déterminée à accroître ses ventes et ses profits au détriment de notre santé et de notre santé mentale. 

Oui, nous devons commencer à changer notre façon de manger, mais le premier et le plus important point est de commencer par la honte que nous ressentons à propos de notre alimentation, de notre corps et de la façon dont nous nous parlons à nous-mêmes. La bienveillance et la compassion envers soi-même peuvent faire la plus grande différence pour quiconque essaie de faire la paix avec la nourriture et, quel que soit le chiffre sur la balance, l’apprentissage de ces aptitudes se traduira par une vie plus heureuse et plus saine.

Ensuite, si votre poids a un impact sur votre santé, il est temps de parler à un médecin afin de trouver des solutions médicales pour vous aider à le gérer. Il existe des outils qui ont fait leurs preuves sur le long terme (médicaments sur ordonnance, chirurgie bariatrique et thérapie cognitivo-comportementale, pour ne citer que les trois qui présentent le plus de résultats). C’est en discutant avec votre médecin que vous pourrez commencer à comprendre ce qui provoque la prise de poids et à obtenir les traitements nécessaires pour relever le défi.

Pour en savoir plus sur la façon dont notre environnement joue un rôle dans la gestion du poids, cliquez ici.

Menu