11 conseils pour vous réapproprier votre vie!

Por: Madeleine Ortiz

Après avoir passé tout au plus 20 minutes avec Lisa Schaffer, une résidente de Vancouver (Canada) vive et amicale, je ne suis pas étonnée lorsqu’elle me dit qu’elle adore les montagnes russes. « Elles sont tellement amusantes », dit-elle en riant. Ce qui est difficile à croire cependant est qu’une personne aussi brave et pleine d’énergie qu’elle n’a fait sa première expérience de montagnes russes que dans la quarantaine. « J’ai grandi dans une famille de ꞌpoids lourdsꞌ, » dit-elle, « j’avais des parents qui ne pouvaient pas s’asseoir dans le manège et pour cette raison, je ne m’étais jamais perçue comme une personne aimant les montagnes russes. »

Maintenant elle les adore.

Elle aime également l’exercice, son travail et, parmi plusieurs autres choses, son état d’esprit actuel. Lisa se décrit comme une personne ayant une personnalité forte qui a eu une enfance « tout à fait correcte ». Elle sera cependant la première à avouer qu’elle ne s’est pas toujours sentie bien dans sa peau. « L’obésité fait partie de ma vie depuis toujours », dit-elle, « et j’ai traversé plusieurs phases et relevé de nombreuses difficultés pour en arriver là où je suis maintenant. » Mais avec chaque virage, elle a obtenu plus de renseignements, acquis une plus grande motivation et plus d’assurance. Ce sont tous des outils qu’elle a utilisés pour faire valoir ses intérêts, militer en faveur de sa santé et de la meilleure vie possible. Le mieux dans tout cela? Elle est plus qu’heureuse de partager son récit et ses secrets s’ils peuvent aider d’autres personnes à faire de même.

Voici ce que nous pouvons tous apprendre de Lisa.

Sachez que vous n’êtes pas un échec.

Lisa indique que pendant longtemps elle s’est sentie idiote. Elle se demandait comment elle pouvait réussir tant de choses, mais toujours « échouer » en ce qui concerne la perte de poids.

Cela lui a pris un long moment avant de se rendre compte qu’elle n’était pas le problème, que l’obésité était une maladie complexe, différente pour chaque personne. Une fois qu’elle a vraiment compris cela, obtenir les faits et le soutien dont elle avait besoin a été beaucoup plus facile. Plus rapidement vous reconnaissez que vous n’êtes pas à blâmer, conseille Lisa, plus rapidement vous pouvez commencer à obtenir du succès.

Reconnaissez que les diètes ne sont pas toujours synonymes de succès.

Ce n’est pas une coïncidence si Lisa occupait un emploi de vente de premier plan, gérant plus d’une centaine de comptes alors qu’elle était seulement dans la vingtaine. Elle est intelligente et dynamique et souhaitait atteindre l’excellence dans tous les domaines de sa vie. Qu’une personne qui connaissait un tel succès soit en mesure de suivre une diète et des programmes d’exercices à la perfection n’est pas surprenant. « Je respectais tout à la lettre », se rappelle-t-elle, suivant les conseils d’une revue pour obtenir des abdominaux très découpés comme si sa vie en dépendait et ensuite se sentir déçue lorsque ses efforts ne donnaient pas les résultats promis. Elle désire que d’autres évitent les mêmes pièges de la société et commencent par reconnaître que les diètes et les programmes d’exercice, même s’ils sont suivis à la perfection, ne seront pas suffisants pour la plupart des gens.

Ayez un esprit ouvert pour accepter que l’obésité soit une maladie chronique.

La première fois que Lisa a entendu un médecin désigner l’obésité comme une maladie chronique, elle s’est sentie soulagée. Enfin, elle pouvait donner une étiquette médicale véritable à une chose qui perturbait sa vie depuis si longtemps. Cependant, son amie qui a entendu le même message a fait la grimace. Pour cette amie, c’est comme si on lui disait qu’il y avait, encore une fois, quelque chose qui n’allait pas chez elle. Si vous êtes comme l’amie de Lisa était au départ, Lisa vous encourage d’être ouvert(e) à un changement de perspective. Ne pensez pas à l’obésité comme maladie chronique comme si un médecin vous disait qu’il y avait quelque chose qui faisait défaut chez vous. Prenez cela comme une occasion de comprendre ce que signifie avoir des problèmes de poids et comme une incitation à faire plus de recherche, à obtenir plus de soins et à trouver un plus grand nombre de solutions.

Sachez que vous n’avez pas à porter ce fardeau seul(e) à 100 %.

« Oui », dit Lisa, « vous assumez une partie de la responsabilité en ce qui concerne votre poids, mais sachez que vous n’avez pas à porter ce fardeau seul(e) à 100 %. » Penser que vous êtes 100 % à blâmer pour votre poids peut vous empêcher d’obtenir un traitement. Lisa vous encourage à vous délester d’une partie de ce lourd fardeau que vous portez et à rechercher du soutien. Moins vous perdez votre temps à tenter d’y arriver seul(e), plus rapidement vous vous sentirez en santé et en possession de vos moyens.

Soyez à l’aise de le dire à haute voix.

Lisa partage une anecdote à propos de l’achat d’un canapé avec sa famille lorsqu’elle était enfant. Elle se souvient que sa mère voulait qu’elle demande au vendeur ou à la vendeuse de leur montrer « les canapés qui conviennent aux personnes dont le poids est élevé. » Ce souvenir la fait rire aujourd’hui, mais à l’époque elle a ressenti de la honte et se rappelle avoir pensé « le vendeur peut nous voir. » Aujourd’hui, elle comprend que sa mère tentait seulement de neutraliser les faits. La question n’était pas bonne ou mauvaise et, finalement, le dire à haute voix a mis tout le monde plus à l’aise. Il ne vous revient pas de rendre les autres à l’aise concernant votre poids, mais devenir à l’aise de parler de votre poids sans jugement « bon » ou « mauvais » vous donne plus de contrôle sur une situation qui auparavant aurait pu vous embarrasser. Exercez-vous dans des occasions où vous vous sentez en sécurité. À titre d’exemple, vos amis vous invitent à participer à une excursion et vous voulez vous assurer que vous pouvez faire l’activité compte tenu de votre taille et de votre forme. Une fois que vous vous habituez à le dire à haute voix, les conversations avec les professionnels de la santé et même avec des étrangers commenceront à être plus faciles et elles seront aussi plus productives.

Obtenez les soins que vous méritez.

Vous avez le droit de recevoir des soins médicaux de qualité. Une des premières fois où Lisa à parler à sa médecin de son poids, elle lui a demandé de lui recommander un « bariatricien ». Sa médecin a ri et lui a expliqué que ce mot n’existait pas… et malheureusement, cela a été la fin de la conversation. Ne laissez pas les médecins démoralisants vous empêcher d’obtenir les soins que vous méritez. Donnez-vous la permission d’interviewer votre médecin et de vous rappeler que s’il ne convient pas, c’est correct. Posez des questions et ayez une opinion. Soyez là pour vous et commencez à militer en faveur des soins que vous méritez.

Faites votre propre recherche.

Les preuves sont votre arme secrète. Après trois ans d’aller-retour avec des médecins, Lisa a finalement pu être en mesure de subir une chirurgie bariatrique. « Cela n’a pas été facile », dit-elle. Elle s’est fait dire que son IMC était trop élevé et on lui a même offert des conseils comme aller à Weight Watchers ou à faire du conditionnement physique. Mais Lisa était tenace et avait de nombreux résultats de recherche qui militaient en sa faveur. Les gens peuvent partager leur opinion, mais si vous avez des faits, vous gagnerez à chaque fois. Faites votre propre recherche et ne renoncez pas à rechercher le meilleur traitement pour vous.

Ne craignez pas d’explorer toutes les options.

Pour Lisa au départ, la chirurgie semblait toujours une option trop extrême pour la perte de poids. Elle était bien disposée à l’égard des médicaments, mais pas à l’égard de la chirurgie. Ce n’est qu’à son troisième ou quatrième rendez‑vous avec son médecin qu’elle a commencé à penser que la chirurgie était peut-être son meilleur choix. « Je suis heureuse que mon médecin m’ait expliqué tous les faits en détails, » dit-elle, « cela m’a permis de faire le meilleur choix pour moi et pour atteindre mes objectifs. » N’excluez pas automatiquement une chose en raison de ce que d’autres ont pu vous dire à ce sujet ou parce que vous pensez que c’est trop agressif. Faites plutôt votre propre recherche et parlez à votre médecin à propos des traitements offerts qui vous conviendront le mieux, ainsi qu’à votre style de vie et à vos objectifs.

Oubliez le chiffre sur la balance.

Lisa dit qu’elle avait l’habitude de rouler des yeux elle aussi lorsque les médecins lui disaient de ne pas mesurer le succès en fonction de la balance. Maintenant, elle peut reconnaître que la santé est vraiment beaucoup plus que le poids que l’on pèse. « J’ai renoncé aux deux tiers de mon estomac, » nous dit-elle, « et j’ai perdu 20 kg. » Cette période a été vraiment frustrante pour elle et elle a commencé à se sentir déprimée. Les 20 kg perdus n’étaient pas rien, mais cela ne semblait pas assez compte tenu des sacrifices qu’elle avait faits pour y arriver et le résultat était qu’elle était plus critique à son égard que jamais auparavant. « J’avais le cœur brisé, » dit-elle, et cela lui a pris beaucoup d’efforts pour se sortir de cet état mental très sombre. Une fois revenue dans un bon état d’esprit, elle a commencé à comprendre plus clairement pourquoi le succès ne devait pas être mesuré uniquement avec la balance. Sa formule sanguine est très bien, elle fait beaucoup d’exercice et elle est heureuse d’être qui elle est. Ces éléments de succès sont beaucoup plus importants et meilleurs que la perte de poids.

Prenez soin de tous les aspects de votre être.

Avant la chirurgie, le médecin de Lisa lui a demandé d’écrire les cinq choses qui changeraient dans sa vie si elle perdait 45 kg. Après avoir fait cet exercice, elle s’est rendu compte que même si elle perdait une énorme quantité de poids, la plus grande partie de sa vie demeurerait la même. Elle dit qu’elle est heureuse que son médecin lui ait demandé de faire cela parce que cela lui a permis de vraiment mettre les choses en perspective. Nous misons beaucoup sur l’atteinte d’un poids cible pour être heureux, mais en réalité, le chiffre sur la balance n’a pas un lien aussi important que nous le croyons avec notre bonheur. Les meilleurs conseils que Lisa puisse donner? Commencez à vous occuper de votre santé mentale et des autres aspects de votre vie avant de plonger tête première dans la perte de poids. La perte de poids ne vous fera pas de bien, si d’autres aspects de votre vie ne vous font pas du bien aussi.

Sachez que certaines personnes ne se joindront jamais à nous.

Vous pouvez avoir en main toutes les preuves du monde et certaines personnes ne croiront toujours pas que l’obésité est une maladie. Certaines personnes continueront de penser que les gens qui vivent dans des corps plus corpulents le font parce qu’ils choisissent de le faire. Lisa recommande d’accepter le fait que certaines personnes ne se joindront jamais à nous et de cesser de perdre votre temps avec elles. Votre temps est trop précieux et elles n’en valent pas la frustration.

Lisa est une inspiration en ce qui concerne la défense des intérêts, la santé et le bonheur. Elle a de très nombreux conseils formidables qui proviennent à la fois de la recherche et de son expérience de vie. Mais si elle pouvait résumer tout ce qu’elle a appris, elle dirait ceci : « Vous avez le droit de prendre de la place. » Vous méritez d’être ici, vous méritez d’être en santé. Obtenez les faits, recherchez le soutien et vivez la vie que vous méritez.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’obésité, cliquez ici.

Pour trouver un médecin spécialisé en gestion du poids au Canada près de chez vous, cliquez ici.

 

 

Menu